Environnement : avantages des toits verts


avantages des toits verts

avantages des toits verts

Meilleure qualité de l’air

Si vous décidiez de remplacer votre bardeau par de la végétation, votre toit contribuerait à purifier l’air en neutralisant des polluants, tels que le dioxyde de carbone, le dioxyde de soufre et d’autres polluants gazeux, et les convertirait en oxygène. C’est le principe de la photosynthèse.

Une surface de 15 mètres carrés (110 pieds carrés) aménagée produit assez d’oxygène pour une famille de quatre personnes pendant toute une journée. Elle absorbe aussi 2,5 kg annuellement de saleté, poussière, pollen et autres particules aériennes qui obscurcissent la lumière solaire et causent des allergies.

Diminution calorifique des villes

La température moyenne dans les villes nord-américaines ne cesse d’augmenter puisque celles-ci ont besoin de plus en plus d’infrastructures pour satisfaire la demande : plus de routes (asphalte), car il y a plus d’autos (gaz à effet de serre), et plus de maisons, bureaux et magasins (toitures et matériaux de façade). Tous ces éléments contribuent à l’augmentation calorifique des villes, car ils retiennent ou réfléchissent la chaleur. Ce phénomène s’appelle « îlot thermique urbain ».

Cela se traduit par une augmentation de la demande énergétique pour maintenir des climats plus frais dans les établissements. Selon une étude menée par le ministère de l’Environnement du Canada en 2002, la présence de toitures vertes sur seulement 6 % des toits des villes canadiennes fera descendre la température d’environ 1,5° C et économiser près de 5 à 6 % des coûts d’énergie à tous les immeubles climatisés des villes. Cette diminution permettra aussi de réduire les émissions de gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques relâchés par les climatiseurs.

Une tendance comme celles des toitures végétales nous montre clairement que nous pouvons à la fois lutter contre les effets des changements climatiques et améliorer la qualité de vie en milieu urbain.

Réduction des frais d’aqueduc

En moyenne, 20 % de la surface de nos villes est constituée de toitures. Lorsque des pluies torrentielles surviennent, les eaux sont rapidement acheminées vers les égouts pluviaux puisqu’elles ne rencontrent pratiquement aucun obstacle. Ceci occasionne un surplus d’eau pour tout le système d’aqueduc.

Une toiture végétale moyenne avec 10 à 20 cm de médium de croissance peut retenir jusqu’à 150 mm d’eau soit 60 à 70 % de la quantité d’eau tombant sur les toits, permettant ainsi une réduction des coûts de traitement de l’eau de 5 à 10 %. En plus, elle tempère et filtre l’eau qui n’est pas captée.

Quelle belle idée ces toitures végétales! Avec tous les avantages qu’elles offrent, espérons qu’il en poussera de plus en plus dans nos grandes villes… et même ailleurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *