Isolation des murs : mise en place de pare-vapeur


pare-vapeur-isolation

Les problèmes d’humidité dans les murs d’une construction sont habituellement liés à un manque d’étanchéité de l’enveloppe extérieure du bâtiment. L’hiver, l’air des maisons contient un taux d’humidité supérieur à celui de l’air extérieur et la vapeur d’eau se trouvant à l’intérieur cherche à s’échapper. Afin d’éviter que cette vapeur d’eau ne crée de la condensation dans l’enveloppe du bâtiment et génère des problèmes de moisissures et de détérioration de l’enveloppe et de l’ossature, il importe d’assurer que la construction offre une barrière sans faille.

Les différents types de pare-vapeur

Il ne faut pas confondre le pare-vapeur avec le papier pare-air, ce dernier étant constitué de la membrane recouvrant l’enveloppe intermédiaire (carton fibre) par l’extérieur. Celui-ci a pour fonction d’empêcher les infiltrations d’air par les murs, tout en étant perméable à l’humidité, permettant à cette dernière de s’échapper en cas de besoin.

L’étanchéité des murs extérieurs et du plafond de l’étage supérieur est garantie par le pare-vapeur, qui est installé par-dessus la laine isolante, juste avant les fourrures qui serviront de soutien aux panneaux de gypse. Cette membrane de polyéthylène de 0,15 mm d’épaisseur est vendue en rouleaux, dont les largeurs conviennent aux différentes hauteurs de murs (2 ou 3 m).

Vous trouverez également sur le marché des pare-vapeur dits « réfléchissants », constitués d’un papier de type kraft recouvert d’une feuille d’aluminium qui réfléchit la chaleur vers l’intérieur de la maison. Ces pare-vapeur ne sont pratiquement plus utilisés depuis l’avènement de ceux en polyéthylène. Comme ils sont moins résistants, on ne peut les offrir en rouleaux aussi larges, ce qui entraîne une installation beaucoup plus laborieuse. En outre, comme les joints sont nombreux, les risques d’infiltration d’humidité dans les murs le sont également.

Peu importe le pare-vapeur que vous utilisez, rappelez-vous que son rôle est d’empêcher la vapeur d’eau d’atteindre l’isolant. Veillez à réduire le plus possible le nombre de joints et à vous assurer que ces derniers sont d’une étanchéité sans faille.

Commencer par recouvrir l’arrière des interrupteurs et des prises de courant (des murs extérieurs). Pour ce faire, découper une pièce de polyéthylène et la percer pour laisser passer les fils. Enduire l’arrière des boîtes électriques de mastic (scellant) acoustique et presser sur la feuille de polyéthylène de façon à former un joint étanche. Vous reviendrez à ces éléments après la pose du pare-vapeur sur le mur. Vous trouverez sur le marché des boîtes électriques spécialement conçues pour les murs extérieurs. L’arrière de ces boîtes est préalablement étanchéité, ce qui vous fera économiser du temps.

Appliquer un cordon de scellant acoustique (mastic) tout le long de la sablière double et de la lisse sur lequel le pare-vapeur adhérera.

Poser le rouleau à la verticale près du mur de façon à pouvoir le dérouler aisément le long de ce dernier. À mesure que vous déroulez, agrafer au besoin (et le moins possible afin de réduire les perforations dans le pare-vapeur) la pellicule aux montants et/ou à la sablière double (ou jumelée).

Presser ensuite le long du scellant préalablement appliqué afin de former un joint étanche entre la pellicule et la charpente.

Faire des joints, au besoin. Les faire chevaucher sur 2 éléments d’ossature consécutifs. Enduire d’abord de scellant le montant auquel adhérera la première membrane. Appliquer ensuite un cordon de scellant sur le montant précédent recouvert du pare-vapeur, auquel viendra adhérer la seconde membrane formant le joint. Continuer ensuite à longer le mur extérieur jusqu’à ce qu’il soit totalement recouvert et scellé. Le pare-vapeur du plafond viendra se rabattre par-dessus celui des murs extérieurs.

Pratiquer une ouverture dans le pare-vapeur de façon à dégager les boîtes électriques et sceller la membrane (à l’aide de scellant acoustique) avec le pare-vapeur recouvrant l’arrière de la boîte.

Perforer le pare-vapeur pour les portes et les fenêtres en traçant un « X » au couteau universel de part en part de l’ouverture. Cette partie sera rabattue contre le pare-vapeur lors de l’installation de la porte ou de la fenêtre. Agrafer le pare-vapeur autour de l’ouverture et sceller le joint. Couper l’excédent en ne conservant que 6 po environ.

Recouvrir d’un pare-vapeur l’isolant longeant la solive de bordure et celui se trouvant entre les solives de plancher, aux extrémités des solives de planchers (pour une maison de type cottage), au-dessus de la sablière. Sceller les joints.

Éliminer les ruptures du pare-vapeur du plafond (de l’étage supérieur) au niveau des cloisons intérieures en installant des lisières de polyéthylène à cheval sur les cloisons entre les deux sablières* et laisser dépasser de 18 po environ de chaque côté de la cloison. Rabattre ensuite ces lisières sur le pare-vapeur du plafond une fois ce dernier installé.

Cette façon de faire implique une interruption des travaux de charpente pour permettre l’insertion de sections de pare-vapeur dans les éléments structuraux. Comme il s’agit de travaux exécutés par deux corps de métier distincts, cette méthode complique le travail sur le chantier et il arrive que l’on néglige ce détail. Cependant, si vous exécutez vous-même les travaux, nous vous recommandons d’utiliser cette technique.

Entreposer les rouleaux de polyéthylène à l’abri des rayons du soleil, qui pourraient compromettre les propriétés du matériau.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *